Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Réflexes archaïques

Que sont les réflexes archaïques ?

Un réflexe est une réponse involontaire à un stimulus externe sensoriel ou sensitif. Les réflexes archaïques, ou primitifs, apparaissent soit in utero, soit dans les premiers mois de la vie. Ils se développent, restent actifs grâce aux mouvements du bébé. Puis, au fur et à mesure que le système nerveux devient mature, les réflexes s'intègrent progressivement afin de devenir des réflexes posturaux.

Il existe plus d'une soixantaine de réflexes archaïques, dont certains sont bien connus. En voici quelques uns.

  • Le réflexe de Moro : déclenché par un stimulus sensoriel soudain, le réflexe de Moro est un réflexe de survie. Le bébé projette brusquement bras et jambes vers l'extérieur, tête en arrière, puis se recroqueville en pleurant pour appeler à l'aide.

  • Le réflexe d'agrippement palmaire : lorsque l'on place notre doigt sur sa paume, le bébé referme ses doigts autour des nôtres et serre fort. Une fois intégré, l'agrippement permet de saisir des objets sans les faire tomber, d'écrire correctement sans serrer trop fort ni tenir trop légèrement son stylo par exemple.

  • Le réflexe des points cardinaux : lorsque l'on touche la joue du bébé, sa tête se tourne alors de ce côté et ouvre la bouche à la recherche de nourriture.

  • Le réflexe de succion : si l'on place un doigt, le sein, dans la bouche du bébé, il se met à têter. Ce réflexe lui est indispensable pour se nourrir.

  • Le réflexe de marche automatique : lorsque l'on place un nouveau-né de façon verticale, en l'inclinant légèrement vers l'avant et en posant ses pieds sur une surface, il fait quelques pas spontanément. Ce réflexe prépare au ramper, au '4 pattes' et à la marche mature.

  • Le réflexe de Babinski : lorsque l'on passe un doigt ou un objet le long du bord externe du pied, depuis le talon jusqu'au petit orteil, tous les orteils s'ouvrent en éventail. Il prépare le pied pour la marche.


Les réflexes archaïques sont des réflexes de survie, de protection et participent à la maturation du cerveau, à l'intégration sensorielle et posturale et à la vie émotionnelle du bébé, adulte en devenir.

"Les réflexes du nourrisson influencent le développement moteur qui est d’une importance cruciale pour le développement du cerveau, pour les processus mentaux et intellectuels de la vie future de l’individu. Non seulement les réflexes archaïques constituent la base neurologique pour développer le contrôle de nos mouvements, mais ils sont importants car ils nous protègent et nous aident à survivre dans des situations de stress."

Svetlana Masgutova

L'importance du mouvement dans la maturation du système nerveux

Lorsque le bébé naît, son cerveau n'est pas mature, les différentes zones qui le constituent sont faiblement reliées entre elles. Ainsi, il est nécessaire que les connexions neuronales croissent afin détendre le nombre de ramifications entre ces neurones. 4,7 millions d'entre elles sont créées chaque minute dans le cerveau d'un nouveau-né !

Cette plasticité cérébrale a besoin d'un environnement sensoriel riche, permettant l'exploration et le mouvement. Céline Alvarez explique très clairement en quoi cela consiste.

Ainsi, lorsque le bébé est placé sur un tapis d'éveil, il peut se mouvoir et intégrer ses réflexes archaïques. Avec seulement un ou deux jeux au sol à proximité de lui, il va essayer de les attraper, et après de nombreux essais, il réussira à se retourner sur le ventre, puis à revenir sur le dos. Plus tard, il réussira seul à s'asseoir, puis à ramper, marcher à 4 pattes, se lever et enfin à marcher.

Le bébé est pré-câblé, prédisposé, pour se développer, mais il ne pourra y arriver sans un environnement adapté, riche et aimant. Cela ne signifie pas qu'il faille faire à la place de l'enfant ou le sur-stimuler pour passer à la phase suivante. En effet, beaucoup de parents assoient leur enfant avant qu'il ne sache le faire lui-même afin "qu'il s'habitue à la posture" ou le mettent debout et le font avancer en lui donnant les mains "pour l'entraîner à la marche". Or, sauf pathologie avérée, l'enfant est capable d'y arriver seul si son environnement s'y prête. En voulant accélérer le processus, l'intégration des réflexes ne peut se faire correctement car le bébé n'a pu expérimenter certaines étapes, à son rythme. Finalement, vouloir accélérer le processus de développement revient souvent à ralentir les acquisitions futures de l'enfant.

"[Les réflexes primitifs] peuvent être considérés comme des échafaudages grâce auxquels les étapes du développement neuro-sensoriel et moteur de l'enfant peuvent être franchies avec succès."

Marie-Claude Maisonneuve

Les réflexes archaïques sont organisés selon un schéma d'apparition bien précis. Or, si les premiers réflexes ne peuvent se développer, ils resteront actifs et empêcheront les suivants de se développer correctement à leur tour.

"La rémanence de réflexes primitifs empêche l'enfant d'acquérir la totalité des moyens physiques qui lui sont nécessaires pour être à l'aise dans ses apprentissages, d'où ses difficultés scolaires et/ou comportementales".

Marie-Claude Maisonneuve

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus