Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
h1

Comment savoir si certains de nos réflexes ne se sont pas intégrés ?

Lorsque les réflexes s'intègrent mal, le corps trouve des stratégies inconscientes pour contrer ces mouvements involontaires, ce qui entraîne une grande perte d'énergie et des difficultés à résoudre certaines tâches puisque le corps est parasité. Il doit tout d'abord se focaliser sur le contrôle de ces réflexes, avant de pouvoir se concentrer, comprendre et résoudre des tâches ou des consignes.

L'histoire de chacun mais aussi l'observation de postures ou de comportements donnent des indications sur la rémanence des réflexes primitifs. Ensuite, un bilan testant les principaux réflexes peut être effectué afin d'en avoir la certitude.

Quels sont les signes observables dus à une rémanence des réflexes ?

Sphère sensori- motrice

  • assise en W

  • enroule ses pieds autour de la chaise

  • met un pied sous ses fesses lorsqu'il s'assoit

  • hypersensibilité auditive (gêné par les bruits forts et soudains, le fond sonore)

  • hypersensibilité tactile (n'aime pas être touché, refuse les câlins et les bisous, gêné par les étiquettes des vêtements)

  • hypersensibilité visuelle (lumière, reflets)

  • hypersensibilité olfactive (odeurs plus ou moins fortes)

  • hypersensibilité gustative (sélectivité alimentaire exacerbée, difficulté pour mâcher, manger des morceaux)

  • faible tonus musculaire, hypotonie

  • mal des transports

  • marche sur la pointe des pieds

  • manque d'équilibre, coordination difficile (vélo laborieux)

  • maladresse (fait tomber les objets)

  • mouvements involontaires de la bouche en écrivant, découpant… (tire la langue)

  • pression excessive/trop légère du stylo, mauvaise tenue du stylo

  • tension des mâchoires, bruxisme (grincement des dents)

  • énurésie

Sphère émotionnelle

  • mutisme, timidité excessive

  • accès de colère

  • difficulté à regarder autrui dans les yeux

  • forte susceptibilité

  • changements difficiles, lente adaptation à la crèche, à toute nouvelle situation

  • pleurs fréquents, récurrents

  • manque de confiance en soi, mauvaise image de soi

  • stress, angoisse, peurs

  • difficultés pour dire "non", pour s'affirmer, se défendre

Sphère cognitive, apprentissages

  • difficultés de concentration

  • étourderie

  • faible imagination, créativité pauvre

  • difficultés dans les apprentissages

  • troubles «dys» (dyslexie, dyspraxie, dyscalculie…)

  • agitation permanente, impulsivité, TDA/TDAH (Troubles Déficitaires de l’Attention, avec ou sans Hyperactivité)

  • lecture peu efficace, difficulté pour suivre un texte sur une page

  • confusion des lettres (b-p, d-q)

  • écriture manuscrite irrégulière

  • difficulté pour tracer des 8

  • écriture sur une feuille tournée à 90°

  • difficulté de langage, d’articulation, voire bégaiement

Si votre enfant ou vous-même avez plusieurs de ces critères, il se peut que certains réflexes archaïques soient toujours actifs. Voici une présentation de quelques réflexes archaïques et des conséquences possibles lors de l'absence de développement du réflexe ou de son intégration.

Réflexe de Moro

Emerge au cours de la 8e semaine in utero. Devrait être pleinement présent la 30e semaine, et intégré vers l'âge de 4 mois.

Il est déclenché par un stimulus sensoriel (vestibulaire, auditif, visuel, tactile ou proprioceptif) fort et soudain. Le bébé prend une profonde inspiration, étire les bras et les jambes, puis se recroqueville et pleure. C'est un réflexe de survie, permettant au nourrisson d'appeler sa mère au secours. Il ne peut se produire chez les enfants prématurés nés avant la 30e semaine.

Lorsqu'il ne s'intègre pas, les conséquences sur le sensoriel sont multiples : sens visuel (hypersensibilité à la lumière, tendance à loucher), sens auditif (hypersensibilité au bruit ou à certains sons précis, difficultés à s'abstraire d'un fond sonore), sens vestibulaire (mal des transports, équilibre instable), sens tactile (hypersensibilité). Des conséquences sur le plan émotionnel sont également observables : repli sur soi, manque de confiance envers ses pairs, manque de spontanéité et de souplesse dues à une faible sécurité intérieure pouvant entraîner des accès de colère ou un besoin de contrôler et dominer ses camarades, abandon de tâches ratées, mauvais joueurs.

Réflexe d'agrippement palmaire (grasping)

Emerge à la 10e semaine et demi in utero. S'intègre progressivement pendant la première année de vie.

Lorsque l'on place un doigt ou un objet sur la paume du bébé, ses doigts se referment automatiquement autour. Une fois ce réflexe intégré, l'enfant peut contrôler le mouvement de ses doigts lorsqu'il tient un objet. Ainsi, il peut écrire correctement en tenant bien son stylo, tenir un objet.

Si ce réflexe ne se développe pas ou ne s'intègre pas, l'enfant peut alors mal tenir son stylo (le tenir trop légèrement ou le serrer trop fort et transpercer sa feuille), faire preuve de maladresse (laisser tomber les objets de ses mains), faire preuve de difficultés d'articulation et de langage, bégayer ou bafouiller.

Réflexe Tonique Asymétrique du Cou (RTAC)

Emerge vers la 18e semaine in utero et devrait être intégré vers l'âge de 6 mois.

Lorsque le bébé tourne la tête d'un côté, les membres de ce même côté s'étendent tandis que ceux de l'autre côté fléchissent. C'est le RTAC qui est la cause des coups de pieds du foetus, et aide au processus de la naissance. Il aide à la latéralisation des mouvements et à la spécialisation des hémisphères du cerveau.

En cas de non-intégration, il peut exister des difficultés de coordination oeil-main (écriture, lecture, habillage), à passer la ligne médiane (cahier incliné à 90° pour écrire), une poursuite oculaire saccadée et peu endurante, une maladresse, un apprentissage du vélo fastidieux (lorsque la tête tourne d'un côté, le bras du même côté s'étend faisant tourner le guidon et tomber l'enfant). Sur le plan émotionnel et comportemental, cela peut entraîner des difficultés de mémorisation, un faible développement langagier, des problèmes de concentration, un apprentissage de la lecture difficile.

Un RTAC persistant est le plus souvent en cause dans les problèmes de lecture et se retrouve chez les enfants dyslexiques.

Réflexe spinal de Galant

Emerge vers la 20e semaine in utero et s'intègre entre 3 et 9 mois après la naissance.

Ce réflexe permet au foetus de se positionner tête en bas pour la naissance. Il joue un rôle important dans le développement du système vestibulaire (sens de l'équilibre). Lors de l'accouchement, les contractions activent le réflexe : le bébé effectue des rotations de ses hanches et, combiné au RTAC (réflexe précédent), il lui permet de progresser dans le canal utérin.

S'il ne s'intègre pas, l'enfant peut faire preuve d'une agitation incessante, ne pas supporter les étiquettes de ses pantalons, développer une scoliose, avoir des difficultés à s'endormir sur le dos, une posture avachie, une énurésie après 5 ans, des difficultés de concentration, une grande fatigabilité.

Réflexe Tonique Symétrique du Cou (RTSC)

Se développe entre 6 et 9 mois, s'intègre entre 9 et 11 mois. Durée de vie courte car réflexe de transition.

Il se découpe en 2 parties : si la tête se lève, les bras s'étendent, les jambes fléchissent. A l'inverse, si la tête se baisse, les bras fléchissent, les jambes s'étendent. Il est important pour la mise en place du 4 pattes, pour l'entrainement visuel (accommodation), pour développer une bonne posture. Les bébés l'intègrent en faisant rebondir leurs fesses sur les talons (vidéo ci-dessus à partir de la 15e seconde).

Si le RTSC ne s'intègre pas, le bébé peut se déplacer sur les fesses, ou rester assis jusqu'à ce qu'il se lève et marche. L'enfant s'avachit sur sa table en tenant sa tête, s'assoit sur ses jambes, les enroule autour des pieds de la chaise, s'assoit en W au sol. Des problèmes d'accommodation entre près et loin peuvent apparaître et poser des problèmes lors des jeux de balle qu'il faut suivre des yeux. Il peut aussi y avoir une faiblesse dans les bras (se suspendre à une barre, faire des roulades) ou pour nager la brasse et le papillon.

Réflexe de Babinski

Se développe juste après la naissance et reste actif jusque 1 à 2 ans.

Lorsque l'on stimule le bord externe du pied en partant du talon jusqu'au petit orteil, à l'aide du pouce ou d'un stylo, les doigts de pieds s'ouvrent alors en éventail. Le Babinski prépare le pied pour la marche et joue un rôle dans la capacité de mouvements des pieds, dans la maturation de la coordination entre les jambes, les hanches et les lombaires, ainsi que dans le développement du tonus musculaire dans la partie inférieure du corps.

Il doit s'intégrer afin d'éviter les conséquences suivantes : pieds plats, marche sur l'intérieur / l'extérieur des pieds, articulations trop souples (entorses fréquentes), marche sur la pointe des pieds, tensions dans les pieds et les jambes.

Si vous avez repéré certains réflexes non intégrés chez votre enfant ou vous-même, le RMT (Rhythmic Movement Training) peut vous aider à y remédier. La page suivante intitulée "Le RMT" vous détaille comment cette prise en charge vous permet d'intégrer les réflexes archaïques toujours actifs.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus